Photo Report The Proper Ornaments // Iboat // Bordeaux // 20.02.2016

↠ A défaut de mots, les images du concert de ce délicieux et hypnotique groupe pop-psyché-rock anglais: The Proper Ornaments.

Guitares cristallines, chant à double voix, mélodies entêtantes et groupe très appliqué (et guitariste légèrement canon avec sa tignasse souple et sa jolie gueule à la Matt Dillon).

En bonus, deux titres accrocheurs de mes nouveaux chouchous.



↠ En première partie du concert, le groupe Beat Mark (dont un excellentissime guitariste), un des projets de PEREZ.

Le set m’a semblé très bruyant et mis à part la performance du guitariste, je suis restée sur ma faim.

Merci à l’Iboat d’avoir programmé The Proper Ornaments. C’est une belle découverte pour ma part.

Publicités

Expos du moment

Avec ce temps de dingue, c’est le bon moment pour aller flâner dans les petites galeries d’art de Bordeaux.

° J’avais entendu parler d’une nouvelle galerie branchée « streetart », dans le quartier du CAPC (dans la même rue mais proche du jardin public): la COX Gallery. J’ai donc profité du weekend pour aller la découvrir et j’ai beaucoup apprécié le lieu en lui même. Un bâtiment tout en longueur, de vieilles pierres grattées, des voutes, un étage, un très bel endroit.

Ce lieu met en avant l’art urbain En ce moment, des artistes français (parisiens me semble-t-il), habitués au dessin sur les murs de nos villes, exposent leur travail sur toile, photographie ou sculpture. Pour découvrir le travail de Hopare, Alex, Brok, Bust the Drip, Tilt, Alber et Nico Giquel, attention, ce n’est que jusqu’au 29 janvier 2016!


Cox Gallery 
48 bis rue Ferrère 33000 Bordeaux
ouverture du jeudi au vendredi 13h-19h // samedi 12h-18h et sur rendez-vous

 

° Actuellement, non loin de là, vous pouvez voir l’exposition « Dreamer » de l’artiste JOFO à la Galerie DX (qui le représente), sur la place des Quinconces. Le temps d’une création, il se renomme J2F2 en adressant un clin d’œil à Star Wars tout en s’inspirant de fonds d’artistes post-impressionnistes comme Paul Sérusier.

Attention, ce n’est que jusqu’au 26 janvier 2016!

Galerie DX
10, place des Quinconces 33000 Bordeaux

Lundi sur RDV : appeler le 06 87 86 60 70
du Mardi au Vendredi : 14h-19h
Samedi :11h-12h30 / 14-19h

Istanbul#2 – Palais de Topkapi, bazars et Eminonü

Le quartier de Sultanahmet est très riche en vestiges, c’est pour cela que nous sommes repartis dans le coin le second jour. Impossible de visiter Istanbul sans aller visiter le Palais de Topkapi (Topkapı Sarayı), joyau de l’empire Ottoman. C’était la résidence officielle du sultan entre le XVème et le XIXème siècle.

Il est construit sur la pointe du sérail où se trouvait autrefois la citadelle (acropole) de Byzance.

P1060506

Le lieu est très vaste: portes, cours, jardins, terrasses en plus des différentes salles du palais. Mais il est aussi activement visité. Nous avons donc commencé par visiter en sens inverse de la plupart des visiteurs. Direction le Harem!

C’est un des lieux qui m’a le plus fasciné à Istanbul: c’est déjà immense et nous y avons passé des heures (or une grande partie n’est pas ouverte au public!). Mais je n’ai pas vu le temps passer. P1060411

Miroirs, dorures, somptueuses céramiques et faïences (#passioncarrelage bonjour!), peintures murales, portes en nacre, fontaines en marbre, dômes, couloirs et passages… Un endroit incroyable! Il ne faut vraiment pas manquer de le visiter!

Le reste du palais est aussi très beau, se balader dans les jardins, kiosques, pavillons et terrasses est très agréable. Il y a plusieurs salles permettant d’observer des objets précieux ayant appartenu aux différents sultans (des pierres précieuses énormes et brillantes!).

Je me suis surprise à être ébahie par la salle des armes et armures (un des plus riches ensembles d’armes islamiques au monde se trouve ici), avec des pièces s’étalant sur une période de 1 300 ans, du VIIe au XXe siècle. Cette collection d’armes et armures est constituée d’objets d’origine ottomane, ou issus de conquêtes, ou encore reçus en cadeaux. j’ai observé de longues minutes une sorte de masse venant de Hongrie, qui avait du être taillée pour un géant! Fascinant!

On a passé 4/5 heures je pense à l’intérieur de Topkapi mais cela valait le coup.

P1060508

En sortant de là, on se retrouve tout à côté de Sainte-Sophie et de la mosquée bleue. On se pose dans le parc de Sultanahmet à observer les passants.

Un repos nécessaire avant d’aller dans le Grand Bazar de la ville. Un gigantesque labyrinthe couvert fait d’échoppes en tout genre. Incontournable de la ville de par l’ambiance qui s’en dégage mais j’ai trouvé que c’était un peu un piège à touristes. Il y a certainement des endroits très intéressants à l’intérieur mais nous ne l’avons pas suffisamment exploré, ce que je regrette (mais on ne pouvait pas tout faire). Les rues à l’extérieur valent aussi le détour.

Fin de journée sur les quais d’Eminonü, près du pont de Galata où règne une ambiance bourdonnante: marchands et promeneurs, ferrys, pêcheurs…

Pour traverser et rejoindre notre chez nous, on passe sur le pont de Galata (on peut également passer en dessous où il y a une promenade remplie de cafés, restos mais un peu l’arnaque à mon sens) où il y a des pêcheurs en permanence. Le soleil commence à se coucher. C’est juste beau.

P1060558*Cet article a été écrit pendant que je me goinfrais des derniers loukoums rapportés 😉

↟Hisse et oh!

La fin de ce mois d’août à Bordeaux sera marquée par la présence à quai de deux magnifiques bateaux.

1-cisne-branco-2

↟Depuis hier, le trois mâts « Cisne Branco » (le cygne blanc en portugais) représente le Brésil fièrement dans le port de la lune.

Il est possible de le visiter du vendredi 14 août au lundi 17 août 2015 de 14h à 18h et c’est gratuit!

Son départ aura lieu mardi 18 août.

 

↟ La semaine prochaine, la magnifique frégate XVIIIe siècle (réplique de celle conduite par La Fayette lors de son périple en Amérique) « l’Hermione » fera son grand retour à Bordeaux après son voyage aux Etats-Unis.

Les visites se feront du jeudi 20 au mercredi 26 août 2015 et cela vous coûtera 5€ par personne: il faut réserver au préalable soit au comptoir de l’Office du tourisme, soit en ligne (certains créneaux ne sont déjà plus réservables, ne traînez pas!).

Photos: Anthony Rojo puis Sud-Ouest

10670099_590315434429248_5810643554432607555_nle-13-octobre-2014-la-fregate-est-sur-le-depart_2877645_800x533p

Festival Musical Écran

Idée de sortie pour la semaine prochaine à Bordeaux: le festival Musical Écran!

C’est un festival de films et documentaires musicaux, initié par l’asso Bordeaux Rock, en partenariat avec le cinéma Utopia et l’asso Monoquini.

Au programme: films cultes, avant-premières et découvertes.dmangola

Ma sélection:

Death Metal Angola, film racontant la lutte de passionnés à monter un festival de métal extrême en Angola.

Riot Grrrl, film retraçant l’histoire du collectif punk féministe du même nom dans les années 90.

Beijing Punk

East Punk Memories, film racontant la vie d’une bande de punks de Budapest dans les années 80 et revenant sur ce qu’ils sont devenus actuellement.

Des jeunes gens Mödernes, premier documentaire sur la scène post-punk/cold-wave en France au début des années 80.

affiche musical ecran

 

Je ne manquerai évidemment pas la soirée de lancement du festival où « Cobain: montage of heck » sera diffusé.

 

L’Heretic Club et  l’Iboat accueilleront également des soirées, after-parties et le QG Bordeaux Rock projettera également des documentaires ainsi que des courts métrages.

Si vous aimez la musique et le cinéma, vous trouverez sûrement de quoi vous titiller parmi la programmation (attention, certaines places partent très vite, pour les soirées spéciales comme celle de lancement).

Ça commence dimanche 17 mai et ça dure une semaine (jusqu’au 24 donc).

Le guetteur mélancolique

Depuis quelques mois, une expo se préparait à Bordeaux. Dès que j’ai su qu’une rétrospective sur Félix Arnaudin allait avoir lieu sur Bordeaux, j’ai sautillé de joie. Et j’ai patienté.

Lorsque l’on est landais de naissance, c’est quelqu’un dont on a entendu parler toute son enfance (et en cumulant avec un père photographe, je ne pouvais y échapper). Les Landes au XIXème siècle, la Haute Lande, l’airial, le système agro-pastoral, les bergers, les échassiers, les vieilles maisons typiques de la Haute Lande. Tous ces clichés sombres et lumineux à la fois, cette mélancolie face à un mode de vie qui décline.2-Felix-Arnaudin--Sabres--Le-Nan--chataignier--sarcleuses--2-avril-1913-Inv-66-27-2023

Félix Arnaudin a été le grand observateur de tout cela afin de transmettre aux générations futures une mémoire visuelle. Il a parcouru la Grande Lande à la recherche d’images, d’histoire locale, de légendes, proverbes, de mots en langue gasconne, de contes, chants et laisse un ensemble incroyable de cahiers, photographies, correspondances… L’histoire d’une passion. L’histoire de toute une vie et de toute une époque.Fileuses_Maroutine_Labouheyre

Une exposition très émouvante que je vais certainement aller revoir plusieurs fois tant elle est riche . On y retrouve des centaines de clichés de paysages, souvent de désolation et que l’on peut encore retrouver dans certains endroits des Landes profondes, beaucoup de portraits d’hommes, de femmes; des visages durs; des moments de la vie quotidienne de l’époque (j’ai beaucoup aimé le cliché des enfants jouant dans l’arbre ou bien celui multi générationnel des 4 hommes avec leurs grands bérets).arnaudinenfants 

 

J’ai été amusée par le côté organisé (pointilleux) de l’artiste: on retrouve des précisions sur l’endroit où a été pris la photo. Et quand je dis précision, c’en est drôle car on peut lire par exemple: « Paysage pris a 50 mètres du pont en partant par l’est » (le photographe retranscrivait des tas d’informations sur ses carnets afin de rendre compte au mieux de ses observations – un travail/passe-temps de Titan).F_ARNAUDIN_Labours-et-semailles_9_11_1893

Exposition Félix Arnaudin au Musée d’Aquitaine:

Tous les jours 11h à 18h sauf lundi et jours fériés

 6€50 (gratuit le 1er dimanche de chaque mois) jusqu’au 31 octobre

 

Une seconde exposition sur Félix Arnaudin a lieu en parallèle au Rocher de Palmer à Cenon.

Du lundi au vendredi de 14:00 à 18:00 et les soirs de concerts

Entrée libre du 5 mai au 30 juin 2015

↟Napoli #1- la circulation à Naples

↠ Hi Bordeaux avait posé ses valises quelques temps en Italie, du côté de Naples. Ces jours prochains, nous partirons donc découvrir ou redécouvrir cette sacrée ville et ses alentours.

Arrivés de nuit, nous avons eu la chance d’être conduit jusqu’à notre domicile par un de nos hôtes, un vrai napolitain donc et nous avons ainsi pu profiter de la plénitude se dégageant de la circulation napolitaine….. Bip bip! Pouet pouet! Bip bip bip! … Pouet pouet pouet… Un joyeux bordel à base de queue de poisson, feux brûlés et petits enchaînements de klaxons… Tout cela s’annonce intéressant. Cela dit, je n’ai pas eu peur, cette anarchie semble tout à fait normale et maîtrisée. Dans tous les cas, c’est un super moment où notre hôte nous fait en même temps découvrir la ville de nuit (petit repérage des bonnes adresses, etc… tout ça à quelques pas de notre résidence pour la semaine).

Pendant toute la semaine, nous avons continué de goûter aux joies de la circulation de la ville. La conduite italienne est réputée pour être tonique mais là on atteint des sommets! Nous avons énormément circulé sur les rues piétonnes du centre historique (car cette ville se découvre vraiment à pied – oubliez le bus et le métro vraiment, ça en vaut la peine tant il y a de perles cachées au coin des ruelles) mais les voitures et autres scooters sont rois et reines! Ici c’est le piéton qui doit se pousser! C’est une vigilance de chaque instant.

– Hop, vas-y que je te rase, à droite, que je m’arrête discuter avec le boucher, que je bouche la rue puis que je redémarre sur toi alors que tu te décalais à gauche.

– Ohhhh que c’est mignon, un enfant de 4 ans sans casque debout sur la partie basse d’un scooter roulant comme un dingue sur les pavés.

– Quelle joie de louer une voiture également. Ha ha ha… Sortir de Naples, rouler sur la côte. No problémo. Par contre, rentrer sur Naples et parvenir jusqu’à la gare, c’était magnifique!

Si tu mets ton clignotant et que tu respectes le code de la route, tu te fais klaxonner. C’est bon ça! En fait, on s’est rendu compte que les feux, stops et autres ne sont que purement décoratifs ici. Tu veux aller quelque part? C’est rouge mais il n’ y a personne? Tu y vas, tu n’attends pas, c’est comme ça! Je ne vous raconte même pas notre montée du Vésuve en minibus, ce fut épique avec un chauffeur fabuleux (et je n’exagère pas). Ou bien nos mésaventures avec un train de banlieue qui n’arrivait jamais, notre traversée des voies sur les rails comme des « délinquants »…

↠ Cela reste un excellent souvenir; cet état d’esprit colle à la peau de cette ville bouillonnante. On en rit encore.

De retour sur Bordeaux, j’en connais un qui a eu du mal à conduire tranquillement et qui s’est un peu pris pour un napolitain…

Pas de photo de la circulation napolitaine (ma vie en dépendait ^^) mais quelques clichés des rues et des murs. Cliquez sur une photo pour afficher le diaporama.

↟ Bosque Pintado de Oma

Étrangement aujourd’hui, je ne vais pas du tout vous parler de Bordeaux (contrairement au titre de ce blog) mais d’un énorme coup de cœur que j’ai eu pendant mes dernières vacances au pays basque espagnol, il y a quelques jours.

↠ Il s’agit du bosquet d’ Oma, une œuvre Lire la suite