Istanbul #5 – Quartier d’Eyüp

Comme tous les jours, nous passons devant cet homme entouré de chats, qui tour à tour envoie promener les touristes voulant le photographier ou discute avec des hommes venant lui parler. Ce matin, des bulles virevoltent dans l’air d’Istiklal Caddessi, artère vibrante de la ville.

Quelques instants plus tard nous partons en direction du ferry et nous embarquons en direction d’Eyüp, quartier de l’ouest de la ville, en bout de corne d’or.

Nous découvrons les maisons colorées et la belle mosquée d’Eyüp et ses parures.

Le temps n’est pas au beau fixe mais nous décidons de grimper en haut de la colline pour accéder au café Pierre Loti, situé au milieu du cimetière d’Eyüp. Déserté pour cause de pluie et de vent, le lieu semble bien triste alors qu’il est très fréquenté habituellement. Adieu terrasse avec vue sur la corne d’or! Je me contenterai de savourer ma pomme de terre brochette, achetée sur un stand ressemblant à celui d’une fête foraine.

p1060880

Nous redescendons la colline et, toujours vaillants, nous décidons de repartir à pied pour le retour. Ainsi, nous pourrons découvrir les quartiers de Fener (quartier traditionnel grec de la ville) puis de Balat (où vivait autrefois une forte population juive).

constantinople_fener_1900

Un beau fiasco car nous avons passé la journée à nous perdre, ne sachant pas si l’on était dans l’un ou l’autre des quartiers, à la recherche de monuments dont on avait entendu parler (mais ne figurants pas dans notre guide). Nous avons erré (et j’ai beaucoup râlé hahaha) sous la pluie et le vent sans vraiment profiter des quartiers comme nous l’aurions souhaité..

Pour lire les épisodes précédents sur Istanbul, rendez-vous dans la catégorie « Voyages« .

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Photo Report The Proper Ornaments // Iboat // Bordeaux // 20.02.2016

↠ A défaut de mots, les images du concert de ce délicieux et hypnotique groupe pop-psyché-rock anglais: The Proper Ornaments.

Guitares cristallines, chant à double voix, mélodies entêtantes et groupe très appliqué (et guitariste légèrement canon avec sa tignasse souple et sa jolie gueule à la Matt Dillon).

En bonus, deux titres accrocheurs de mes nouveaux chouchous.



↠ En première partie du concert, le groupe Beat Mark (dont un excellentissime guitariste), un des projets de PEREZ.

Le set m’a semblé très bruyant et mis à part la performance du guitariste, je suis restée sur ma faim.

Merci à l’Iboat d’avoir programmé The Proper Ornaments. C’est une belle découverte pour ma part.

Istanbul #4 – Quartier de Fatih et mosquée de Soliman le Magnifique

La suite du séjour fut rythmée par les averses, le vent alors que nous avions prévu de nous balader un peu plus à l’écart des lieux hautement touristiques de la ville. Cela ne nous a pas coupé dans notre élan et notre soif de découverte mais j’avoue qu’un beau soleil ou du moins une absence de pluie aurait été fortement appréciés! On a fait avec et nous avons découvert des quartiers magnifiques.

J’avais très envie d’aller découvrir le quartier de Fatih, à l’ouest du quartier des bazars. C’est un des quartiers les plus conservateurs de la ville. Ici les femmes sont majoritairement avec un tchador noir, d’autres avec un voile. Dans ce quartier, on a vraiment l’impression d’être au Moyen-Orient.

Nous sommes entrés visiter la mosquée où il y avait peut-être 5 ou 6 touristes et encore.

En sortant de la mosquée, voyant au loin qu’il y avait du mouvement à droite, nous nous sommes engouffrés dans les rues. Nous sommes tombés par hasard sur le jour du marché et j’ai trouvé qu’il était extraordinaire.Des couleurs, des fruits, des légumes, des vêtements, des étals dans toutes les rues qui se trouvent juste derrière la mosquée de Fatih. C’est un des plus grands marchés d’Istanbul. On peut y trouver des foulards de toutes les couleurs pour 1 ou 2 euros. On a trouvé des fruits que l’on ne connaissait pas, nous étions les seuls touristes dans le marché. Un vrai sentiment de bonheur en y déambulant. Un moment qui reste dans mes préférés de notre séjour.

Pour info: marché de Fatih: tous les mercredis de 5 H du matin à 21 H.

Instant gourmand: je vous conseille de manger une Pide (pizza turque) à Fatih Karadeniz Pidecisi, considéré comme le meilleur. On dirait une baguette (pour celle qui est refermée en chausson) ou un bateau si vous avez de l’imagination. 🙂 De plus, on vous servira une noisette de beurre avec (à faire fondre dessus lorsque c’est bien chaud).

 

Non loin de cette antre de la gastronomie, vous pourrez également admirer l’aqueduc de Valens mais aussi vous promener dans le marché aux femmes, place très animée où l’on a rencontré un vieux monsieur gentil qui voulait savoir d’où on venait et si on était allemands. J’ai tout d’une allemande c’est vrai! Hihihihi

Il y a des tas de drapeaux colorés partout (peu-être à cause des élections lorsque nous y étions ou pas..) et des tas de boutiques pour faire ses courses alimentaires.

Nous nous sommes perdus dans les rues en cherchant à regagner la mosquée de Soliman le magnifique, qui n’était pas accessible le matin pour cause de prière, pile au moment où nous arrivions. Cela nous a permis de découvrir une mosquée en pleine restauration, des ruelles typiques et une terrasse plus ou moins interdite avec une magnifique vue sur Istanbul.

 

Pour terminer en beauté, nous avons donc pu entrer dans la mosquée de Soliman le magnifique (Süleymaniye Camii), perchée sur une des 7 collines que compte la ville et c’est pour moi, la plus jolie qu’on ai pu voir à Istanbul. Sans parler de la terrasse se trouvant derrière la mosquée, où l’on a une vue unique sur la Corne d’Or.

En allant du métro jusqu’à la mosquée (ou inversement), le quartier que l’on traverse est vraiment très intéressant. C’est très fréquenté par les étudiants, on en voit sortir de cours un peu partout. Dans les rues alentours sont concentrées beaucoup de vieilles maisons ottomanes en bois, certaines colorées, d’autres en rénovation, c’est vraiment typique et joli.

C’est aussi le quartier des doudounes! Les boutiques du coin ne proposent quasiment que ça!

Expos du moment

Avec ce temps de dingue, c’est le bon moment pour aller flâner dans les petites galeries d’art de Bordeaux.

° J’avais entendu parler d’une nouvelle galerie branchée « streetart », dans le quartier du CAPC (dans la même rue mais proche du jardin public): la COX Gallery. J’ai donc profité du weekend pour aller la découvrir et j’ai beaucoup apprécié le lieu en lui même. Un bâtiment tout en longueur, de vieilles pierres grattées, des voutes, un étage, un très bel endroit.

Ce lieu met en avant l’art urbain En ce moment, des artistes français (parisiens me semble-t-il), habitués au dessin sur les murs de nos villes, exposent leur travail sur toile, photographie ou sculpture. Pour découvrir le travail de Hopare, Alex, Brok, Bust the Drip, Tilt, Alber et Nico Giquel, attention, ce n’est que jusqu’au 29 janvier 2016!


Cox Gallery 
48 bis rue Ferrère 33000 Bordeaux
ouverture du jeudi au vendredi 13h-19h // samedi 12h-18h et sur rendez-vous

 

° Actuellement, non loin de là, vous pouvez voir l’exposition « Dreamer » de l’artiste JOFO à la Galerie DX (qui le représente), sur la place des Quinconces. Le temps d’une création, il se renomme J2F2 en adressant un clin d’œil à Star Wars tout en s’inspirant de fonds d’artistes post-impressionnistes comme Paul Sérusier.

Attention, ce n’est que jusqu’au 26 janvier 2016!

Galerie DX
10, place des Quinconces 33000 Bordeaux

Lundi sur RDV : appeler le 06 87 86 60 70
du Mardi au Vendredi : 14h-19h
Samedi :11h-12h30 / 14-19h

Istanbul#2 – Palais de Topkapi, bazars et Eminonü

Le quartier de Sultanahmet est très riche en vestiges, c’est pour cela que nous sommes repartis dans le coin le second jour. Impossible de visiter Istanbul sans aller visiter le Palais de Topkapi (Topkapı Sarayı), joyau de l’empire Ottoman. C’était la résidence officielle du sultan entre le XVème et le XIXème siècle.

Il est construit sur la pointe du sérail où se trouvait autrefois la citadelle (acropole) de Byzance.

P1060506

Le lieu est très vaste: portes, cours, jardins, terrasses en plus des différentes salles du palais. Mais il est aussi activement visité. Nous avons donc commencé par visiter en sens inverse de la plupart des visiteurs. Direction le Harem!

C’est un des lieux qui m’a le plus fasciné à Istanbul: c’est déjà immense et nous y avons passé des heures (or une grande partie n’est pas ouverte au public!). Mais je n’ai pas vu le temps passer. P1060411

Miroirs, dorures, somptueuses céramiques et faïences (#passioncarrelage bonjour!), peintures murales, portes en nacre, fontaines en marbre, dômes, couloirs et passages… Un endroit incroyable! Il ne faut vraiment pas manquer de le visiter!

Le reste du palais est aussi très beau, se balader dans les jardins, kiosques, pavillons et terrasses est très agréable. Il y a plusieurs salles permettant d’observer des objets précieux ayant appartenu aux différents sultans (des pierres précieuses énormes et brillantes!).

Je me suis surprise à être ébahie par la salle des armes et armures (un des plus riches ensembles d’armes islamiques au monde se trouve ici), avec des pièces s’étalant sur une période de 1 300 ans, du VIIe au XXe siècle. Cette collection d’armes et armures est constituée d’objets d’origine ottomane, ou issus de conquêtes, ou encore reçus en cadeaux. j’ai observé de longues minutes une sorte de masse venant de Hongrie, qui avait du être taillée pour un géant! Fascinant!

On a passé 4/5 heures je pense à l’intérieur de Topkapi mais cela valait le coup.

P1060508

En sortant de là, on se retrouve tout à côté de Sainte-Sophie et de la mosquée bleue. On se pose dans le parc de Sultanahmet à observer les passants.

Un repos nécessaire avant d’aller dans le Grand Bazar de la ville. Un gigantesque labyrinthe couvert fait d’échoppes en tout genre. Incontournable de la ville de par l’ambiance qui s’en dégage mais j’ai trouvé que c’était un peu un piège à touristes. Il y a certainement des endroits très intéressants à l’intérieur mais nous ne l’avons pas suffisamment exploré, ce que je regrette (mais on ne pouvait pas tout faire). Les rues à l’extérieur valent aussi le détour.

Fin de journée sur les quais d’Eminonü, près du pont de Galata où règne une ambiance bourdonnante: marchands et promeneurs, ferrys, pêcheurs…

Pour traverser et rejoindre notre chez nous, on passe sur le pont de Galata (on peut également passer en dessous où il y a une promenade remplie de cafés, restos mais un peu l’arnaque à mon sens) où il y a des pêcheurs en permanence. Le soleil commence à se coucher. C’est juste beau.

P1060558*Cet article a été écrit pendant que je me goinfrais des derniers loukoums rapportés 😉

Istanbul #1 – Quartiers d’Eminonü et Sultanahmet

« Comment c’était Istanbul »?

Il y a tellement de choses à raconter sur cette ville qui m’a complètement emporté: ses couleurs, ses odeurs, son architecture, ses quartiers et leurs spécificités, ses palais et ses maisons qui semblent pouvoir dégringoler à tout instant, ses ruelles, ses collines, le Bosphore, ses points de vue, ses mosquées qui dessinent le paysage où que l’on soit, son dynamisme, cette atmosphère, ses chants de muezzin qui retentissent, cette impression d’être au croisement des civilisations et surtout ses habitants, tous ces visages croisés, ces silhouettes que je ne pouvais quitter des yeux…

Nous avons loué un petit appart dans le quartier de Beyoğlu, quartier où fourmillent restaurants, épiceries, boutiques, cafés (un quartier très pratique pour loger car on a tout à portée de main pour manger le soir et tram et métro à proximité).

carte_istanbul

 

Le premier jour, nous sommes partis un peu au hasard, attirés par le Bosphore, du côté d’Eminonü, cœur historique de la ville (là où Constantinople fut jadis construite). On y trouve notamment:

↟ la célèbre mosquée Bleue (Sultanahmet Camii)

↟ et  Sainte-Sophie (Ayasofyaa).

On s’est également baladé dans le quartier des bazars où tout était fermé (le dimanche), ambiance ville fantôme, c’était assez intéressant.

Nous avons été voir la fameuse « citerne basilique » (Yerebatan Sarnıcı) dont on avait tant entendu parlé. C’était en fait la gigantesque citerne souterraine de Constantinople, la capitale de l’Empire byzantin. Très impressionnant de se retrouver là dedans. La tête de Méduse trône sur des colonnes, au fond de la basilique, à l’envers.

Tout au long de cette balade du jour, on s’est rapidement aperçu que les rois de la ville, c’était les chats! Ils sont absolument partout! Dans les rues, en train de faire la sieste, sur les toits, sur les coussins ou chaises des bars (et difficile de les déloger c’est trop drôle), en bande, à manger du papier (:-O), à se faire papouiller par les habitants (qui d’ailleurs leur apportent à manger tout le temps – ils sont bien portants ces chats de gouttière!) …P1060249

Une belle première journée, complétée par d’autres jolies choses.

Partir en van dans le désert des Bardenas Reales

Le weekend dernier, nous sommes partis pour la première fois en van aménagé. Une belle aventure!P1060009P1060030J’avais lu sur Gavébon un article sur Camp In Van, cette société basée à Saint-Jean-D’Illac (proche de l’aéroport de Bordeaux Mérignac) louant des vans. l’idée trottait dans ma tête depuis longtemps, surtout que mon copain parlait souvent de partir en van.

Qu’à cela ne tienne! Je vois là l’occasion de fêter son anniversaire comme il se doit. Je contacte Camp in van qui répond à toutes mes questions et se montre super disponible. Je garde la surprise pendant 3 longues semaines et nous voilà vendredi soir chez Camp in Van. Après une explication super détaillée de tous les éléments du véhicule (coin nuit, coin cuisine, douche solaire, toilettes écolo, rangements…) et le règlement des papiers en bonne et due forme, nous voilà partis pour le week-end!

P1050821

Destination: le désert des Bardenas Reales, en Navarre. Étant partis en début de soirée, difficile d’arriver à destination le soir même (et avec la fatigue de la semaine, mieux vaut y aller cool). On fait une petite halte à El Campo à Irun, histoire d’avoir l’essentiel: bières et charcuteries hahaha et on décide de poser sur une aire de Camping-cars plus loin, pour la nuit. C’est fun de pouvoir arriver n’importe où et transformer l’arrière du van en lit.

Le lendemain, on reprend la route pour atteindre le tant attendu désert des Bardenas et plus particulièrement la zone de la Bardena Blanca (Bardena Negra et El Plano, ce sera pour une prochaine fois!)P1060034Pisquerra

Il s’agit en fait d’un Parc Naturel de 42 000 hectares, classé Réserve de la Biosphère par l’UNESCO. Le paysage est absolument fantastique, avec une végétation particulière et des formations rocheuses dues à l’érosion des sols (argile, gypse et grès). Ces formations rocheuses ont des formes totalement incroyables. J’ai plusieurs fois eu l’impression d’être sur la lune! Ce qui est incroyable c’est que ce paysage fut jadis paradis des crocodiles et des tortues et qu’il possède une flore et une faune plus proche du désert africain que du nord de l’Espagne!

P1050894

P1050892

P1050982P1050920P1050916

Dans le parc, de magnifiques belvédères permettent d’apprécier les différences d’une zone à l’autre. Trois réserves naturelles se trouvent dans le parc à la faune plus riche qu’on ne l’imagine (aigles, vautours, hiboux, renards, chats sauvages, amphibies et reptiles…). Nous avons pu nous poser pour déjeuner en bas des falaises tout en observant les rapaces qui y nichent. Parcourir les routes de ce parc, c’est vraiment magique, tout comme escalader certains rochers, découvrir des canyons, sauter comme un cabris dessus. Juste incroyable! Il faisait un temps de rêve, on était en débardeur et short, le pied!

P1050866

Castildetierra

P1050869

Pour circuler, il y a des routes balisées et cailloutées (et pour les amateurs de rando ou vélos, des tas de sentiers balisés également qui permettent d’explorer encore plus les lieux).

P1050929

En fin d’aprem, on s’est arrêté boire un verre sur la placette de la ville d’ Arguedas (laquelle possède d’ailleurs de surprenantes maisons troglodytes abandonnées, les « Cuevas »).

P1050813

On s’est enfin posés sur une colline en bordure de parc, seuls au monde, face aux Bardenas, en compagnie du coucher de soleil. Sensation de liberté et tranquillité absolue. Préparation du repas dans la kitchenette du van et dîner. Par chance, le ciel était parfaitement dégagé et on a pu observer les étoiles et la voie lactée; c’était vraiment beau.

P1060095

Gros coup de cœur pour ce lieu qui n’est pas très loin de Bordeaux au final: 2h environ de la frontière pour être complètement dépaysé. Et surtout, un plaisir immense d’être partie avec ce mode de transport/hébergement. Une première réussie et une envie de repartir bientôt en van aménagé. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à faire appel à Camp In Van, les gérants sont sympas et passionnés et les vans sont nickels, bien équipés, nous n’avons eu qu’à remplir le mini frigo sinon tout le reste était là.

P1060081P1050986

Coïncidence: la préparation du tournage de la saison 6 de Game of Thrones avait lieu ici même, nous avons donc pu observer les premiers décors et chevaux du territoire qui sera celui des Dothrakis prochainement.

P1050872

Plus de photos:

↟Hisse et oh!

La fin de ce mois d’août à Bordeaux sera marquée par la présence à quai de deux magnifiques bateaux.

1-cisne-branco-2

↟Depuis hier, le trois mâts « Cisne Branco » (le cygne blanc en portugais) représente le Brésil fièrement dans le port de la lune.

Il est possible de le visiter du vendredi 14 août au lundi 17 août 2015 de 14h à 18h et c’est gratuit!

Son départ aura lieu mardi 18 août.

 

↟ La semaine prochaine, la magnifique frégate XVIIIe siècle (réplique de celle conduite par La Fayette lors de son périple en Amérique) « l’Hermione » fera son grand retour à Bordeaux après son voyage aux Etats-Unis.

Les visites se feront du jeudi 20 au mercredi 26 août 2015 et cela vous coûtera 5€ par personne: il faut réserver au préalable soit au comptoir de l’Office du tourisme, soit en ligne (certains créneaux ne sont déjà plus réservables, ne traînez pas!).

Photos: Anthony Rojo puis Sud-Ouest

10670099_590315434429248_5810643554432607555_nle-13-octobre-2014-la-fregate-est-sur-le-depart_2877645_800x533p

Festival Musical Écran

Idée de sortie pour la semaine prochaine à Bordeaux: le festival Musical Écran!

C’est un festival de films et documentaires musicaux, initié par l’asso Bordeaux Rock, en partenariat avec le cinéma Utopia et l’asso Monoquini.

Au programme: films cultes, avant-premières et découvertes.dmangola

Ma sélection:

Death Metal Angola, film racontant la lutte de passionnés à monter un festival de métal extrême en Angola.

Riot Grrrl, film retraçant l’histoire du collectif punk féministe du même nom dans les années 90.

Beijing Punk

East Punk Memories, film racontant la vie d’une bande de punks de Budapest dans les années 80 et revenant sur ce qu’ils sont devenus actuellement.

Des jeunes gens Mödernes, premier documentaire sur la scène post-punk/cold-wave en France au début des années 80.

affiche musical ecran

 

Je ne manquerai évidemment pas la soirée de lancement du festival où « Cobain: montage of heck » sera diffusé.

 

L’Heretic Club et  l’Iboat accueilleront également des soirées, after-parties et le QG Bordeaux Rock projettera également des documentaires ainsi que des courts métrages.

Si vous aimez la musique et le cinéma, vous trouverez sûrement de quoi vous titiller parmi la programmation (attention, certaines places partent très vite, pour les soirées spéciales comme celle de lancement).

Ça commence dimanche 17 mai et ça dure une semaine (jusqu’au 24 donc).

Le guetteur mélancolique

Depuis quelques mois, une expo se préparait à Bordeaux. Dès que j’ai su qu’une rétrospective sur Félix Arnaudin allait avoir lieu sur Bordeaux, j’ai sautillé de joie. Et j’ai patienté.

Lorsque l’on est landais de naissance, c’est quelqu’un dont on a entendu parler toute son enfance (et en cumulant avec un père photographe, je ne pouvais y échapper). Les Landes au XIXème siècle, la Haute Lande, l’airial, le système agro-pastoral, les bergers, les échassiers, les vieilles maisons typiques de la Haute Lande. Tous ces clichés sombres et lumineux à la fois, cette mélancolie face à un mode de vie qui décline.2-Felix-Arnaudin--Sabres--Le-Nan--chataignier--sarcleuses--2-avril-1913-Inv-66-27-2023

Félix Arnaudin a été le grand observateur de tout cela afin de transmettre aux générations futures une mémoire visuelle. Il a parcouru la Grande Lande à la recherche d’images, d’histoire locale, de légendes, proverbes, de mots en langue gasconne, de contes, chants et laisse un ensemble incroyable de cahiers, photographies, correspondances… L’histoire d’une passion. L’histoire de toute une vie et de toute une époque.Fileuses_Maroutine_Labouheyre

Une exposition très émouvante que je vais certainement aller revoir plusieurs fois tant elle est riche . On y retrouve des centaines de clichés de paysages, souvent de désolation et que l’on peut encore retrouver dans certains endroits des Landes profondes, beaucoup de portraits d’hommes, de femmes; des visages durs; des moments de la vie quotidienne de l’époque (j’ai beaucoup aimé le cliché des enfants jouant dans l’arbre ou bien celui multi générationnel des 4 hommes avec leurs grands bérets).arnaudinenfants 

 

J’ai été amusée par le côté organisé (pointilleux) de l’artiste: on retrouve des précisions sur l’endroit où a été pris la photo. Et quand je dis précision, c’en est drôle car on peut lire par exemple: « Paysage pris a 50 mètres du pont en partant par l’est » (le photographe retranscrivait des tas d’informations sur ses carnets afin de rendre compte au mieux de ses observations – un travail/passe-temps de Titan).F_ARNAUDIN_Labours-et-semailles_9_11_1893

Exposition Félix Arnaudin au Musée d’Aquitaine:

Tous les jours 11h à 18h sauf lundi et jours fériés

 6€50 (gratuit le 1er dimanche de chaque mois) jusqu’au 31 octobre

 

Une seconde exposition sur Félix Arnaudin a lieu en parallèle au Rocher de Palmer à Cenon.

Du lundi au vendredi de 14:00 à 18:00 et les soirs de concerts

Entrée libre du 5 mai au 30 juin 2015