Istanbul #5 – Quartier d’Eyüp

Comme tous les jours, nous passons devant cet homme entouré de chats, qui tour à tour envoie promener les touristes voulant le photographier ou discute avec des hommes venant lui parler. Ce matin, des bulles virevoltent dans l’air d’Istiklal Caddessi, artère vibrante de la ville.

Quelques instants plus tard nous partons en direction du ferry et nous embarquons en direction d’Eyüp, quartier de l’ouest de la ville, en bout de corne d’or.

Nous découvrons les maisons colorées et la belle mosquée d’Eyüp et ses parures.

Le temps n’est pas au beau fixe mais nous décidons de grimper en haut de la colline pour accéder au café Pierre Loti, situé au milieu du cimetière d’Eyüp. Déserté pour cause de pluie et de vent, le lieu semble bien triste alors qu’il est très fréquenté habituellement. Adieu terrasse avec vue sur la corne d’or! Je me contenterai de savourer ma pomme de terre brochette, achetée sur un stand ressemblant à celui d’une fête foraine.

p1060880

Nous redescendons la colline et, toujours vaillants, nous décidons de repartir à pied pour le retour. Ainsi, nous pourrons découvrir les quartiers de Fener (quartier traditionnel grec de la ville) puis de Balat (où vivait autrefois une forte population juive).

constantinople_fener_1900

Un beau fiasco car nous avons passé la journée à nous perdre, ne sachant pas si l’on était dans l’un ou l’autre des quartiers, à la recherche de monuments dont on avait entendu parler (mais ne figurants pas dans notre guide). Nous avons erré (et j’ai beaucoup râlé hahaha) sous la pluie et le vent sans vraiment profiter des quartiers comme nous l’aurions souhaité..

Pour lire les épisodes précédents sur Istanbul, rendez-vous dans la catégorie « Voyages« .

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Istanbul #4 – Quartier de Fatih et mosquée de Soliman le Magnifique

La suite du séjour fut rythmée par les averses, le vent alors que nous avions prévu de nous balader un peu plus à l’écart des lieux hautement touristiques de la ville. Cela ne nous a pas coupé dans notre élan et notre soif de découverte mais j’avoue qu’un beau soleil ou du moins une absence de pluie aurait été fortement appréciés! On a fait avec et nous avons découvert des quartiers magnifiques.

J’avais très envie d’aller découvrir le quartier de Fatih, à l’ouest du quartier des bazars. C’est un des quartiers les plus conservateurs de la ville. Ici les femmes sont majoritairement avec un tchador noir, d’autres avec un voile. Dans ce quartier, on a vraiment l’impression d’être au Moyen-Orient.

Nous sommes entrés visiter la mosquée où il y avait peut-être 5 ou 6 touristes et encore.

En sortant de la mosquée, voyant au loin qu’il y avait du mouvement à droite, nous nous sommes engouffrés dans les rues. Nous sommes tombés par hasard sur le jour du marché et j’ai trouvé qu’il était extraordinaire.Des couleurs, des fruits, des légumes, des vêtements, des étals dans toutes les rues qui se trouvent juste derrière la mosquée de Fatih. C’est un des plus grands marchés d’Istanbul. On peut y trouver des foulards de toutes les couleurs pour 1 ou 2 euros. On a trouvé des fruits que l’on ne connaissait pas, nous étions les seuls touristes dans le marché. Un vrai sentiment de bonheur en y déambulant. Un moment qui reste dans mes préférés de notre séjour.

Pour info: marché de Fatih: tous les mercredis de 5 H du matin à 21 H.

Instant gourmand: je vous conseille de manger une Pide (pizza turque) à Fatih Karadeniz Pidecisi, considéré comme le meilleur. On dirait une baguette (pour celle qui est refermée en chausson) ou un bateau si vous avez de l’imagination. 🙂 De plus, on vous servira une noisette de beurre avec (à faire fondre dessus lorsque c’est bien chaud).

 

Non loin de cette antre de la gastronomie, vous pourrez également admirer l’aqueduc de Valens mais aussi vous promener dans le marché aux femmes, place très animée où l’on a rencontré un vieux monsieur gentil qui voulait savoir d’où on venait et si on était allemands. J’ai tout d’une allemande c’est vrai! Hihihihi

Il y a des tas de drapeaux colorés partout (peu-être à cause des élections lorsque nous y étions ou pas..) et des tas de boutiques pour faire ses courses alimentaires.

Nous nous sommes perdus dans les rues en cherchant à regagner la mosquée de Soliman le magnifique, qui n’était pas accessible le matin pour cause de prière, pile au moment où nous arrivions. Cela nous a permis de découvrir une mosquée en pleine restauration, des ruelles typiques et une terrasse plus ou moins interdite avec une magnifique vue sur Istanbul.

 

Pour terminer en beauté, nous avons donc pu entrer dans la mosquée de Soliman le magnifique (Süleymaniye Camii), perchée sur une des 7 collines que compte la ville et c’est pour moi, la plus jolie qu’on ai pu voir à Istanbul. Sans parler de la terrasse se trouvant derrière la mosquée, où l’on a une vue unique sur la Corne d’Or.

En allant du métro jusqu’à la mosquée (ou inversement), le quartier que l’on traverse est vraiment très intéressant. C’est très fréquenté par les étudiants, on en voit sortir de cours un peu partout. Dans les rues alentours sont concentrées beaucoup de vieilles maisons ottomanes en bois, certaines colorées, d’autres en rénovation, c’est vraiment typique et joli.

C’est aussi le quartier des doudounes! Les boutiques du coin ne proposent quasiment que ça!